Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 09:09

L'environnement et le réchauffement climatique sont de plus en plus au centre des préoccupations des gens. En ce moment, on est littéralement envahi par des publicités vantant des produits respectueux de l'environnement. On voit même des sociétés se vantant d'être écologiques, sans expliquer comme elles procèdent. Il y a un véritable engouement pour l'écologie et c'est très vendeur. Les industriels utilisent l'impact hautement émotionnel du réchauffement climatique pour vendre.

Voir des produits écologiques envahir les magasins n'est pas mauvais en soi et c'est au moins un pas en faveur de l'environnement, à condition d'être certain que ces produits sont vraiment écologiques. La société de consommation, face au réchauffement climatique, réagit selon son mode de fonctionnement, c'est-à-dire, par la consommation. Puisque les produits étaient pollueurs et gourmands en énergie, autant les rendre "propres" et économiques. Mais, on ne parle pas des problèmes de déchets. Comment résoudre le problème de nos déchets ? En recyclant ? Mais tous les produits ne se recyclent pas forcément. On a bien vu apparaître une éco-taxe. Bien, mais taxer les produits peut-il les rendre moins polluants ? Et si la solution se trouvait ailleurs ?

On entend quelques voix qui s'élèvent et qui disent que la solution peut venir de la décroissance. En effet, notre société surconsomme et de ce fait, crée une consommation importante d'énergie et des tonnes de déchets. Dans le temps, nos grand-parents utilisaient ce qu'ils avaient, jusqu'à usure complète. Sans aller forcément jusque là, peut-être devrait-on se débarasser de ce réflexe de consommateur, de jeter un objet dès qu'il ne convient plus tout à fait… A-t-on besoin de posséder toujours plus et autant ?

En ce moment, avec l'arrivée de produits écologiques sur le marché (même si je reste sceptique sur leur réel impact soit-disant respectueux), on occulte totalement le problème de fond, qui est le comportement de l'homme et de notre société de consommation. Seulement pour aller vers une décroissance, c'est-à-dire consommer moins et devenir responsable de son impact, il est nécessaire d'aller vers une transformation intérieur profonde et changer en profondeur nos comportements. Quand on sait à quel point l'humain peut rester figé dans ses habitudes et peut devenir un véritable maitre pour ne pas aller vers une remise en question, quand on voit ça, on se dit que c'est pas gagné. Peut-être finalement, est-ce le problème de la recherche du bonheur ? Depuis longtemps déjà, l'homme pense trouver son bonheur dans les possessions et dans le monde extérieur. Si c'est vrai qu'il est important de vivre dans une certaine sécurité extérieure, c'est évident, il faut savoir calmer son angoisse face à l'avenir et comprendre qu'on a pas besoin de continuer le processus d'acquisition lorsque la sécurité a été trouvée. La peur de manquer crée un surplus d'acquisitions. On entre alors dans une logique absurde qui mène au résultat qu'on connaît actuellement sur notre planète. A trop vouloir avoir, l'homme risque de tout perdre. Peut-être finalement que son instinct de survie lui permettra d'ouvrir les yeux.

Tant que l'humanité, et particulièrement la société occidentale, ne sera pas capable d'aller vers une profonde remise en question, d'aller vers une transformation intérieure bouleversant ses anciens repères et ses anciennes valeurs matérielles, l'humanité continuera son processus d'autodestruction. Quand on voit l'urgence de la situation et la résistance de l'esprit humain au changement, l'avenir n'est pas très lumineux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yog - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

paul du 59 02/07/2007 07:52

Tout a fait d'accord avec ces propos, je suis effarer du mépris que les gens ont vis a vis de la décroissance y compris chez les verts.j'ai trouver une axiome sur le site du courrant "décroisantiste" du PS : Utopia, je le livre a votre reflexion : "Il faut passer d'une economie du désir à une economie du besoin".ce propos illustre bien un des objectifs de la décroissance et pourquoi le mouvement "casseur de pub" en fait partie.

zara whites 15/04/2007 18:03

c'est hallucinant comme tu sais bien mettre en mots, je que je pense au plus profond de moi...si seulement on pouvait trouver ce qui nous rend heureux vraiment, ailleurs que dans les objets...on aura un grand grand problème en moins!

Yog 16/04/2007 15:19

Merci pour ton commentaire. Le Yoga enseigne à voir la finalité des choses et donc à saisir la futilité de la quête de l'avoir. C'est avant tout une quête intérieure qui nous permet de nous mettre en accord avec nos aspirations profondes.
Amicalement,
Yog

Naturavox

Recherche

Archives

Articles Récents