Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 13:00

On vit actuellement une période assez incertaine. Le climat est en train de changer, les données sur le réchauffement climatique sont alarmantes. Des milliers d'espèces disparaissent à un rythme effrayant mettant à sac la biodiversité. En parallèle à la crise écologique s'annonce une crise énergétique et économique. Le prix du pétrole ne cesse d'augmenter avec sa fin annoncée. (mais quand, ça personne ne le sait vraiment) Les prix de tous les produits augmentent et même l'espoir de pouvoir mener une retraite bien méritée dans nos vieux jours semble compromis. Bref, l'avenir s'annonce très sombre. Difficile dans ces conditions de garder espoir et d'être motivé. Ca donne le sentiment d'être passé à une sorte d'âge d'or de la société de consommation à un espèce de cauchemar qui avance pas à pas. Mais les temps changent et il faut bien s'y faire. Faut-il pour autant sombrer dans le fatalisme ?
Gandhi nous dit ceci : "Vous devez être le changement que vous voulez voir dans le monde." et "Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous." 
Bien que l'avenir s'annonce plutôt sombre, si on perd l'espoir d'aller vers un mieux, alors tout est fini. Pourtant il ne faut pas sous-estimer notre capacité d'adaptation et notre créativité. Ce futur un peu fataliste nous invite tout simplement à inventer une nouvelle société, une nouvelle vie. Notre société de consommation montre ses propres limites et il est peut-être temps de passer à autre chose. Au lieu d'aller vers un toujours plus, peut-être qu'avoir un peu moins peut aussi devenir source d'enrichissement. Naturellement il ne s'agit pas de s'enrichir d'objets, mais intérieurement. Grandir intérieurement afin de pouvoir se passer progressivement de tout ce qui nous encombre à l'extérieur. Etre satisfait sans raison en quelque sorte. Juste être là pour le plaisir d'exister. Arrêter de vouloir exister à travers nos projections, nos objets, nos possessions. Il ne s'agit pas de retourner dans un dépouillement total, mais bien de voir ce qui nous est utile et ce qui ne l'est pas. Etre capable de se positionner dans le contentement permet de se libérer de nos envies illusoires. Peut-être aller vers un nouveau murissement de nos vies. Peut-être que notre période actuelle est finalement une opportunité. Après tout, gardons espoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yog - dans Pensées
commenter cet article

commentaires

Marc 24/02/2008 17:36

Cher Yog,Tu dresses un tableau sombre - et lucide selon moi. Puis tu dis: "Faut-il pour autant sombrer dans le fatalisme?" C'est une conclusion que l'on entend de plus en plus souvent et que je comprends mal. Comme si on pouvait comprendre mais pas trop...selon moi, la situation est tragique et désespérée: à partir du constat qu'il est trop tard seulement, quelque chose sera (peut-être) possible...Amicalement, Marc

Yog 24/02/2008 17:46

Bonjour Marc,bien sûr que la situation est dramatique, mais sombrer dans le fatalisme qui tend à nous dire qu'il n'y a plus rien à faire, ne fera pas avancer les choses. Alors oui, il est peut-être trop tard pour faire marche arrière et stopper le réchauffement climatique, mais il est encore possible d'en "limiter" les effets. Il ne faut pas être dupe et bien prendre conscience que nombre d'espèces vivantes vont disparaitre, mais si on se laisse aller au "de toute façon c'est trop tard", ça risque d'engendrer une attitude de m'en foutisme qui n'arrangera rien. Après tout, si le navire coule, est-ce  pour autant qu'on doit se laisser noyer sans rien faire ?Amicalement,Yog

Naturavox

Recherche

Archives

Articles Récents