Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 13:52

Depuis notre enfance, on apprend plein de choses. On acquiert des connaissances, des expériences, qui permettent de construire notre personnalité, notre savoir, etc. Le milieu scolaire nous enseigne à accumuler des connaissances dans différentes disciplines. On reste donc toujours dans une logique d'accumulation. Plus de connaissances, plus d'expériences, plus d'argent, plus de réussites, etc. La liste est longue. Naturellement, il est important d'accumuler un certain nombre de connaissances, car pour obtenir un diplôme, exercer un métier, il est évident que toute cette accumulation est nécessaire. Le problème commence lorsqu'on se met à appliquer cette logique d'accumulations dans tous les domaines. A force, on se gave littéralement de données, d'expériences, jusqu'à perdre conscience de soi. Car, tout ceci nous alourdit considérablement et nous empêche d'être à l'écoute de nous-même, de notre environnement. On ne voit plus que le monde à travers le prisme de notre savoir. La spontanéité est bannie, regardée d'un œil suspicieux, cette chose étrange qui ne répond pas à la logique d'accumulation et qui sort de tout cadre prérempli. Le conditionnement prend toute la place étouffant chaque partie de notre être.

Malgré cette vie d'accumulation, il est difficile de trouver une certaine sérénité. Une fois obtenu ce qu'on désirait, la peur de perdre vient au galop. On entre dans un cycle sans fin. Avec le temps, la mémoire fait défaut et les connaissances s'échappent. Que faire alors ?

Lorsqu'on regarde les différentes traditions spirituelles, on retrouve souvent la notion de lâcher-prise. Krishnamurti nous parle de quitter le connu. Il me semble que Ramakrishna disait qu'il fallait désapprendre.

Désapprendre, voilà une drôle de notion. C'est vraiment aller à contre-courant.

La vie est. Nous sommes. Mais que sommes-nous ? Sommes-nous nos connaissances ? Les connaissances, bien qu'ayant une utilité évidente, peuvent aussi nous désservir. A force de se gaver de données, on perd contact avec notre être intérieur. On se coupe de nos ressentis. On se conditionne et on perd notre autonomie intérieure. Désapprendre reviendrait alors à retrouver un regard neuf sur les choses. Parvenir à rester centré sur notre être profond sans se laisser entrainer par nos mouvements mentaux conditionnés. Notre conditionnement nous emprisonne. La peur du changement prend progressivement de plus en plus de place. La rigidité s'installe à tous les niveaux. Désapprendre, c'est retrouver un regard neuf, retourner à nos ressentis profonds, tout en sachant déjouer les pièges subtils de nos mouvements mentaux conditionnés. Une spontanéité libre, mais pas pour autant irréfléchie. Car, il faut faire attention à ne pas entrer dans un contre-conditionnement, une réponse conditionnée par les mécanismes mentaux anciens.

La vacuité, le vide, est une notion très présente dans le bouddhisme, mais aussi dans d'autres traditions spirituelles. Le vide fait peur. C'est l'absence. Mais l'absence de quoi ? Le mental ne peut concevoir le vide, car l'essence même du mental est basée sur le plein, sur l'accumulation. La vacuité, ce serait se déconnecter du mental, le mettre en pause en quelque sorte. Difficile, puisque nous agissons dans le monde à travers notre mental. Pourtant, la vacuité permet de se vider du trop plein, des accumulations mentales. Une fois l'absence obtenue, alors apparaît autre chose. Le vide mental serait-il l'absence d'être ? Ou alors, dans cette absence de chaos mental, peut-être alors que pourrait apparaître notre véritable être ? Le vide mental, le silence, deviendrait alors présence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yog - dans Pensées
commenter cet article

commentaires

Creirwy 18/06/2007 12:47

Wow... encore l'un de tes billets si justes et si profond. J'aime beaucoup ta réflexion qui m'apparait comme un discours d'une chose que l'on veut souvent atteindre sans avoir cependant mis de mot dessus, sans avoir achevé une telle réflexion. Merci de partager tes réflexions. Désapprendre... quand on y passe ou repasse ça fait parfois déstabiliant, surtout dans la plupart de nos sociétés mais je pense qu'ainsi on grandit.

Yog 18/06/2007 15:07

Merci pour vos commentaires.Oui en effet Creirwy, je pense aussi qu'ainsi on grandit. Merci pour tes mots.Amicalement,Yog

fany 16/06/2007 22:52

coucouDit donc et bien c'est très juste ce que tu dis l'accumulation, et l'oublie de soi meme.bonne soiréeFany

Naturavox

Recherche

Archives

Articles Récents